Passion F 650 Index du Forum
 
 
 
Passion F 650 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Les « concentres »

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion F 650 Index du Forum -> Sorties -> Concentres-Rencontres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
naga
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2011
Messages: 10 033
Localisation: Bangkok Thailande
Date de naissance: 13/10/1965
Sexe: Masculin
Signe du Zodiaque: Balance (23sep-22oct)
Signe Chinois: 蛇 Serpent
Moto: GS

MessagePosté le: Jeu 18 Juin - 06:23 (2015)    Sujet du message: Les « concentres » Répondre en citant

Les concentres par Francois Gomis

« Waouh, les médailles, elles sont à toi Papou ? » Et oui les petits, ce sont des médailles de concentration de motos. Devant les yeux ronds de la marmaille, difficile de ne pas ajouter « Les concentres, c’était quelques centaines et parfois quelques milliers de motards qui ne se lavaient pas pendant trois jours ». Alors là, les mouflets sont béats. Ne pas se laver pendant trois jours, pour des mioches, c’est le rêve.
Bon d’accord, présenter ces rassemblements de motards avec juste cette histoire de ne pas se laver est assez réducteur, comme on dit chez les Jivaros (ça commence fort). Les concentres, c’était aussi et surtout les potes, la route, la bonne humeur, les blagues, la fatigue, les moustiques sur les dents, Dudule qui tombe toujours en panne avec sa bécane pourrie, Pierrot qui est toujours en retard, Marco qui se la joue, Banga qui ne dit rien mais se marre doucement, Dédé qui aime bien que tout soit nickel, Pierrot qui s’arrête toutes les heures pour tirer son clope, et Danielle, la seule fille de la bande, qui roule en solo et que tous les gars protègent alors qu’elle n’en a pas besoin et n’a rien demandé. Sans oublier Nanard qui se traîne terrible même qu’on ne comprend même pas comment il fait pour aller si doucement et, à l’inverse, Frank (comme Alamo son idole) qui allume comme un malade et raconte ses exploits dès qu’on s’arrête. Et Jimmy (de son vrai nom Raoul) qui se paume tout le temps. Même sur l’autoroute, il se paume ! Et Tonton Yam qui n’est plus le même depuis qu’il s’est acheté une Kawa. Bref, une concentre, c’est avant tout un paquet d’individualités, des potes de club, qui veulent rouler en troupeau… Ce n’est pas gagné.

Et pourtant, depuis qu’elles existent, depuis le siècle dernier, les concentres restent parmi les plus beaux souvenirs que puissent laisser la moto. Et les souvenirs, la moto, ça en laisse. Bon y à prendre et à laisser. Mais on ne va prendre que les bons, notamment les concentres. Hé, mais c’est très sérieux, les concentres. Dans les années 60 et 70 (après je ne sais plus), il y avait un classement national fait par la fessée, la fêlée, la télé, non, la fédé J’ai beaucoup de mal à dire ce mot, fédération, je ne sais pas pourquoi. Une sorte d’allergie. Atchi ! Ca y est, ca me fait éternuer. Bon, concentrons-nous (désolé, fallait la faire).





Qu’a à voir la truc machin que je viens d’écrire avec les concentres ? Bon, vous voyez les avions. Ceux qui voyagent dedans et beaucoup comptent les miles pour avoir un billet gratos. Nous, en moto, on additionnait les kilomètres pour avoir, heu, rien du tout, sinon une médaille. On n’était navets, et encore, je reste poli ma chère Esther. Comment comptait-on les kilomètres ? Simple. Exemple : votre club a son siège à Rigny-sur-Arroux et c’est le club de Béton-sur-Limaille qui organise. En comptant sur la carte, il y a 643 kms entre les deux. Le club organisateur a installé un bureau sur la place du village avec un motard qui a un stylo-bille, un cahier et qui sait écrire (il y en a). Vous êtes 5 de votre club à y aller. Quand vous arrivez, vous présentez vos cartes de membre du club au gars du club qui note votre club et le nombre de membres du club que vous êtes. C’est clair. Ca fait 5 fois 643 km. Je pose 4, je reprends 3 et je jette 6, résultat : 3 215 km. Et le club organisateur envoie les résultats à la truc machin qui compile et donne un classement en fin d’année. Plus ton club a roulé, mieux ton club est classé. Et t’es drôlement fier quand ton club est dans les premiers au plan national. Ca t’as coûté un max, mais t’es fier. Tout cela n’est bien sûr que l’aspect comptable de l’affaire. Le plaisir, Mossieu, ne se chiffre pas, il submerge…





  

En matière de concentrations motos, il convient maintenant d’aborder un sujet délicat, si l’on peut dire : le breuvage. Ou la bibine, au choix. Ames sensibles, sautez ces lignes.
Si vous imaginez une concentration comme une réunion de motards tenant chacune et chacun une tasse de thé, le petit doigt levé, et devisant courtoisement sur la dernière orchidée venue de pays exotiques, vous n’êtes pas dans le vrai. Tout ce beau monde n’était pas ivre en permanence et une concentre n’était pas une gigantesque beuverie, quant même, mais il y avait suffisamment d’amateurs d’alcool pas cool pour que, le samedi soir, environ le vingtième des participants se transforme en dégorgeoir à vomissure. L’humain est ainsi fait… Et pour certain, concentre et se remplir de pissat d’âne, c’était kif. Mais ça n’allait jamais très loin au propre (!) et au figuré. Parce que l’avantage, c’est qu’en moto rouler bourré n’est pas synonyme de roulé-boulé. Pour la simple et bonne raison que l’alcool modifiant l’équilibre, le motard trop imbibé se vautre en quelques mètres, tel un chiard auquel on vient d’enlever les roulettes de son premier vélo. C’est donc à pied que notre motard se bourre, ce qui lui évite de se bourrer. Vous noterez au passage que le français argotique a des subtilités insondables. Va expliquer ça à un Moldave…
 


Pour un spectateur lambada, le spectacle d’une concentration était donc une source d’étonnement et d’interrogations. Et à part dire « Vade retro Ricard 51 », il était impuissant. Entre les motards qui faisaient du bruit pour exister (je bruit donc je suis), ceux qui se mettaient sous pression à la bière, et ceux qui jouaient les durs (à cuir bien sûr), le pékin ne comprenait pas trop le film. Mais nous, on se marrait bien. Dès le milieu de la semaine, tu y pensais, tu préparais tes affaires et après, roule ma poule avec les potes. Puis on voyait du pays. Et on revenait le dimanche soir crevés mais ravis. Même quand c’était l’hiver.
On en arrive à la plus célèbre des concentrations : les Eléphants. En se baladant sur Gogol, on trouve cette intro qui définit ainsi les « Eléphs » sur le site de l’Amicale BMW Moto (un site superbe mais qui ne parle que de BM, nul n’est parfait) : « Née du rassemblement des nostalgiques de la Wehrmacht après la deuxième guerre mondiale, la concentration des Eléphants s'est peu à peu débarrassée de cette origine pour devenir l'un des évènements incontournables de la vie d'un motard ». Origine contestée par d’autres (voir Wikipédia). Débrouillez-vous, nous on s’en fichait et on s’en fiche encore. Il suffit d’ajouter que c’est en Allemagne en plein hiver sur le circuit du Nurburgring, et c’est Fri*, t’as tout compris. L’Amicale BM a sans doute raison en écrivant que c’est incontournable.
 

Remarquez qu’on peut se faire ses Eléphs perso. On en a tous des souvenirs de voyages où tu es frigorifié, où tu ne sais même pas comment tu tiens le coup. Les gants de soie, les deux paires de chaussettes, les sweat-shirts polaires, le cuir ou le Barbour, et la combine, un vrai mille-feuille. Et quand on s’arrête au rad, bleu de froid, raide comme un piquet, on ne demande pas de glaçon dans son chocochaud. Mes petits Eléphants à moi, c’était pour aller voir ma petite amie (hiver 69…). Souvenez-vous, il n’y avait pas encore l’autoroute de l’Esterel et on passait le massif par la Nationale 7. A Noël, neige fondue, moins dix, des heures et des heures en première les pieds par terre avec la Guz 700. En arrivant, ma copine, je l’ai appelée « ma caille », parce que pour cailler… Donc, nous avons tous nos petits Eléphs à nous. En troupeau ou en solo. Cela fait des souvenirs merveilleux.
 

Pour conclure, il est difficile de ne pas rappeler UN facteur commun à toutes les concentrations. Vous êtes dans votre tente, les duvets sont humides, vous vous êtes endormis tard, très tard. Pas besoin d’en dire plus. Et que se passe-t-il à 6 heures du matin ? Un collègue décide de faire un tour de meule. Sauf que la pétrolette a des mégaphones… Méga et phone, du grec ancien, ça veut dire grand et voix. Pour les plus jeunes, des mégaphones, c’était des pots d’échappement vides, creux, sans rien dedans, déserts… VRAVROU, VRAVROU et ainsi de suite. A chaque concentre, il y en avait qui faisait le coup ! Incroyable. A part penser très fort à ce que pourraient lui faire les Grecs anciens déjà cités (grecques aussi), nous étions obligés de subir, transis, pâteux et surtout réveillés !
Reste que rouler avec les copains est l’un des plus grands plaisirs de la moto. Tiens, c’est aussi bien que de rouler tout seul. C’est pour dire.

P.S. : concentration ou rassemblement, c’est pareil. Si vous cherchez la médaille, renseignez-vous avant, ça à l’air de se faire rare.
* Paraît que le fondateur de Free a fait fortune dans les années 80 avec le Minitel rose. Alors pour moi, Free, c’est Fri, comme frifri.


source
bike70.com



_________________
F 650 GS 2007 noire


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 18 Juin - 06:23 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Fundurouge
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Nov 2009
Messages: 5 992
Localisation: BELGIQUE
Date de naissance: 10/01/1956
Sexe: Masculin
Signe du Zodiaque: Capricorne (22déc-19jan)
Moto: Funduro

MessagePosté le: Jeu 18 Juin - 06:53 (2015)    Sujet du message: Les « concentres » Répondre en citant

Reste que rouler avec les copains est l’un des plus grands plaisirs de la moto. Tiens, c’est aussi bien que de rouler tout seul. C’est pour dire. 


Belle conclusion, que nous avons (encore) pu vérifier récemment...à une dizaine du FORUM.


Merci pour ce bel article.
_________________
"Bienheureux les fêlés car ils laissent passer la lumière." Judith Malina, dramaturge, ecrivaine et actrice américaine (née à Kiel en Allemagne le 4 juin 1926.)
"L’obligation de subir nous donne le droit de savoir." Jean Rostand.


Revenir en haut
franckcyclo76


Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2014
Messages: 1 386
Localisation: Pavilly, Seine-Maritime
Date de naissance: 24/12/1964
Sexe: Masculin
Signe du Zodiaque: Capricorne (22déc-19jan)
Signe Chinois: 龍 Dragon
Moto: Scarver

MessagePosté le: Jeu 18 Juin - 17:48 (2015)    Sujet du message: Les « concentres » Répondre en citant

Et quand une concentre devient une rencontre, c'est encore mieux !
_________________
A pieds.

Depuis le 04 septembre 2017

Kilométrage : Bloqué à 67876...


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:25 (2017)    Sujet du message: Les « concentres »

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion F 650 Index du Forum -> Sorties -> Concentres-Rencontres Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com